Cracovie 2016

12 octobre 2016

Gabriel Lopez y Diaz et Thomas Yabas, en 2ème année de séminaire, ont participé aux JMJ avec la communauté chaldéenne de Sarcelles.

Est-ce une grâce de l’Année de la miséricorde ? {{}} Six accompagnateurs encadraient notre groupe aux JMJ : deux séminaristes mais aussi deux sœurs et deux prêtres, dont le Père Narsay. Celui-ci, ordonné il y a un an, exerce un réel charisme auprès des jeunes de la communauté chaldéenne.

Cette communauté s’est installée en France, il y a plus de cinquante ans, à la suite des persécutions sévissant au sud-est de la Turquie, puis au Moyen-Orient. Aujourd’hui très soudée,elle l’est également avec le diocèse de Pontoise où elle est établie. De rite oriental, elle représente un peu plus de 12 000 chrétiens en Île-de-France.

Le Pape François nous a invités à « aller à la rencontre de nos frères persécutés ».Et c’est bien ce qui a primé dans ce que nous avons vécu : la rencontre. Celle du Christ et à travers elle, la rencontre de l’autre.

Par ces échanges avec les chrétiens du monde entier, nous avons ressenti l’appartenance à ce corps de l’Église universelle, forte de ses deux poumons, l’Orient et l’Occident.

Nous avons été envoyés à deux dans cette aventure, et cela a rendu l’expérience encore plus passionnante. Chacun de nous deux a pu donner le meilleur de lui-même pour ces jeunes, en laissant l’autre faire également de son mieux. Dans les temps spirituels, de partage ou d’enseignement, aussi bien que pour les temps plus festifs, cette complémentarité s’est avérée primordiale : elle nous a permis de témoigner de la fraternité vécue au séminaire. L’occasion ainsi de recueillir les confidences de certaines jeunes de la communauté qui n’excluent pas d’y entrer un jour.