Les séminaristes formés au cœur de la ville

C’est l’un des plus grands séminaires de France. Actuellement, quatre-vingt-huit hommes suivent la formation en lien avec le Séminaire de Paris. Comment sont-ils préparés à devenir prêtre ? À quoi ressemble leur quotidien ? Enquête paru dans Paris Notre-Dame le 28 janvier 2016.

Ce n’est pas une formation comme les autres. Le temps du séminaire permet, d’une part, d’authentifier l’appel de Dieu pour les candidats au sacerdoce et, d’autre part, de les préparer intérieurement à accueillir la grâce du sacrement de l’ordre : « Il opère un réel changement, comme tout sacrement », souligne le P. Stéphane Duteurtre, supérieur du Séminaire de Paris. Le P. Antoine Vidalin, formateur au Séminaire de Paris, précise : « Le rôle des formateurs est essentiellement d’aider les séminaristes à acquérir une liberté chrétienne, c’est-à-dire la capacité de se donner à Dieu pour faire sa volonté. Certes, elle est importante pour tout chrétien. Cependant, pour un futur prêtre, c’est d’autant plus crucial qu’il aura pour mission d’aider ses paroissiens à grandir dans cette liberté. » Un magnifique projet. Qui requière, toutefois, du temps et de la maturation. La formation au séminaire dure ainsi six ans. Et, à Paris, elle est nécessairement précédée d’une année de fondation spirituelle à la Maison Saint-Augustin (12e) qui « engage plus profondément dans une vie de prière régulière, engagée et consistante », détaille le P. Duteurtre. Actuellement, ils sont vingt-deux hommes à la Maison Saint-Augustin et quatre-vingt-huit liés au Séminaire de Paris (dont la majorité sont envoyés par le diocèse de Paris, et une quinzaine par d’autres diocèses de France et du monde).

- Lire la suite de l’article sur le site du diocèse de Paris.